LE BRÉSIL
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
EN ES
Accueil

Accueil > Musique Bresil > Sourire

Retour

Sourire brésilien

Les Brésiliens jouissent d’une enviable réputation. Volontier décrits comme gentils et accueillants, ils vivraient dans une perpétuelle allégresse, habités de cette fatalité, faite d’insouciance et d’indolence, qui permet d’éclipser les difficultés du quotidien.
Aznavour aurait raison, la misère serait moins pénible au soleil ?
On se demandera prudemment s’il n’est pas simpliste d’admettre sans réserve ce cliché, s’agissant d’un pays de 200 millions d’âmes aux origines multiples et sans cesse brassées dans le creuset d’une société parcourue de lignes de fracture.
Celle qui sépare les Brésiliens du nord, aux racines indiennes et africaines, et ceux du sud, issus de l’immigration européenne.
Les habitants des mégapoles bouillonnantes et ceux de l’intérieur rural.
Les très riches et les plus démunis.

S’il n’y a pas un seul Brésil, existe-t-il un "prototype" du Brésilien ?
Non, fatalement.

Cependant, malgré l’immense diversité qui est la marque du Brésil, il existe bien des signes communs de "brésilianité" : un sens simple de l’hospitalité, une inclination spontanée à l’entraide et à la solidarité, le respect de l’autre, toutes valeurs naturellement cultivées par la plupart des Brésiliens.
Et l’étranger de se rendre assez vite compte qu’en terme de climat humain le thermomètre brésilien affiche des valeurs supérieures aux moyennes saisonnières.

On pourra objecter, et l’on aura raison, que cela est moins perceptible dans les grands centres urbains que dans les campagnes.
On pourra aussi arguer que cela n’est d’aucun remède aux inégalités sociales et à la violence qui leur est inséparable.
Aucun doute là-dessus.

Il n’en reste pas moins que les Brésiliennes et les Brésiliens constituent l’une des principales attractions de leur propre pays, et toute occasion de les côtoyer ou de se mélanger à eux doit être saisie sous peine de sévères sanctions.

L’expression la plus dépouillée et totalement gratuite de cet "art de vivre" est le sourire, dont les Brésiliens sont d’éminents donateurs.
Nous vous en proposons ici quelques uns, en hommage et en l’honneur d’un peuple sympathique à la bonne humeur contagieuse.
Et puisque l’on évoque le sourire, laissons chanter Cartola, icône de la musique carioca, qui a abordé le thème à sa façon dans Quem me vê sorrindo, aujourd’hui un standard de la samba..