Le Ilê Aiyê, l´âme Noire du carnaval de Salvador

Par Luiza, le 17/06/2019

 

« Ilê Aiyê », l´expression provient de la langue Yoruba – Ilê signifie : la maison et aiyê : la vie – et peut être interprété comme le « paradis éternel ». Premier groupe de musique afro du Brésil devenu mouvement culturel. Son histoire va profondément marquer l´identité du carnaval de Salvador de Bahia et la conscience Noire brésilienne.

Les enfants du projet Band´Erê | © André Seiti - 2018
Les enfants du projet Band´Erê | © André Seiti - 2018
Les reines du bloco, année 1976 / 2018 | © André Seiti - 2018
Les reines du bloco, année 1976 / 2018 | © André Seiti - 2018

C´est en Novembre de 1974, pendant la dictature militaire qu´émerge le groupe Ilê Aiyê. Fondé par Antônio Carlos «Vovô» et Apolônio de Jesus dans le quartier de Curuzu (le plus grand quartier noir de Salvador). Le groupe travaille à sensibiliser la communauté noire de la Bahia ; lutter contre le racisme ; préserver, valoriser et développer la culture afro-descendante.

Vovô et Mãe Hilda | © Mario Cravo - 1999
Vovô et Mãe Hilda | © Mario Cravo - 1999

Si jusqu´alors rien ne distingue le carnaval bahianais des autres carnavals avec Ilê Aiyê c´est l´avènement d´une nouvelle identité forte. C´est le premier « bloco Afro » qui valorise et met en scène des thématiques issus de l’histoire et de la culture afro-brésilienne. Aujourd’hui, tous les autres blocos empruntent des éléments créés à l’origine par Ilê Aiyê, y compris des groupes fondés peu après, tels qu’Olodum et Malê Debalê.

 

Lors du Carnaval, le quartier du Curuzu est le siège d’un des plus important évènement culturel et religieux bahianais. Le Ilê Aiyê, avec ses centaines de musiciens, ses dizaines de danseurs et ses plus 3 000 membres et visiteurs, ouvre les célébrations avec un rituel dédié aux « orixás », apportant paix et bonheur sur les festivités. Leur procession commence traditionnellement le samedi soir chez la famille Dos Santos où, pendant de nombreuses années, Mãe Hilda de Jitolu (décédé en 2009), mère du cofondateur Vovô, a présidé en tant que mère spirituelle du groupe et leader officiel du candomblé. Ensuite dans les rues, au passage du Ilê Aiyê, la foule chante par milliers la fierté et l’importance de la culture et des religions afro-brésiliennes.

 

Tout au long de l´année, Ilê Aiyê est bien plus qu’un simple « bloco de carnaval », c’est un mouvement qui développe des nombreux projets socio-culturels, du renforcement scolaire, des bals thématiques, des concours de beauté, des cours de musique etc. ayant toujours pour but l´affirmation positive et la transmission de l´identité Afro-descendante brésilienne. Une lutte et un engagement primordial dans une société profondément marquée par les stigmates de  l´esclavage…

 


Pour aller plus loin : www.ileaiyeoficial.com


Les percussionnistes du Band´Aiyê | © André Seiti – 2018
Les percussionnistes du Band´Aiyê | © André Seiti – 2018
Les percussionnistes du Band´Aiyê | © André Seiti – 2018
Les percussionnistes du Band´Aiyê | © André Seiti – 2018

Venez découvrir notre circuit spécial Carnaval 2020

« Les 1001 facettes du Carnaval ! »