LE BRÉSIL
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
EN ES
Accueil

Accueil > Blog > Culture Brésilienne > Les 100 ans de la Samba

Retour

La première samba par téléphone ?
Le Brésil fête 100 ans de Samba
Par Ivanilde Diniz Gaudé, 08/12/2016

Le Brésil est synonyme, de plage, carnaval, capoiera et surtout un genre musical qui anime le plus célèbre des carnavals du monde : la samba.

Une parenthèse : en français "samba" est un mot féminin mais en portugais nous disons “O samba”, le samba.

Comment la samba est-elle née ?

Revenons 100 petites années en arrière… Laissez-moi vous présenter Ernesto Joaquim Maria dos Santos, plus connu par les Brésiliens sous le nom de Donga. Il serait le compositeur de la première musique de Samba, devenue un genre musical à part entière au début du 20ème siècle. La musique de Donga a été influencée en grande partie par ses origines afro-bahianaises. Il a commencé par apprendre à jouer de la petite guitare appelée au Brésil : Cavaquinho, et son amour pour la musique n’a fait qu’augmenter.
Un pied dans la musique depuis quelques années, il s’est essayé à la composition, c’est ainsi que sont nées les paroles de la première samba, “Pelo telefone”. Reprise encore 100 ans plus tard par les plus grands artistes de samba : Martinho da Vila, Paulinho da Viola, Beth Carvalho, Nelson Sargento...

Si un jour vous participez à une “roda de samba”, vous pourrez accompagner et chanter cette merveilleuse chanson que tous les brésiliens sauront reprendre en coeur :

“O chefe da folia / Pelo telefone / Manda me avisar / Que com alegria / Não se questione / Para se brincar. Ai, ai, ai, / Deixa as mágoas para trás / Ó rapaz ! /Ai, ai, ai, / Fica triste se és capaz / E verás Tomara que tu apanhes / Pra nunca mais fazer isso / Tirar amores dos outros /E depois fazer feitiço…Ai, a rolinha / Sinhô, Sinhô / Se embaraçou / Sinhô, Sinhô/ É que a avezinha / Sinhô, Sinhô / Nunca sambou / Sinhô, Sinhô,/ Porque esse samba, /Sinhô, Sinhô, / É de arrepiar, /Sinhô, Sinhô,/ Põe a perna bamba / Sinhô, Sinhô, / Me faz gozar, / Sinhô, Sinhô.O “Peru” me disse/ Se o “Morcego” visse / Eu fazer tolice,/ Que eu então saísse / Dessa esquisitice / De disse que não disse. Ai, ai, ai, / Aí está o canto ideal / Triunfal / Viva o nosso carnaval. / Sem rival. Se quem tira o amor dos outros / Por Deus fosse castigado / O mundo estava vazio / E o inferno só habitado.Oueres ou não / Sinhô, Sinhô, / Vir pro cordão / Sinhô, Sinhô / Do coração, / Sinhô, Sinhô. / Por este samba”