Voyages sur mesure au
Brésil
newsletter
Accueil

Accueil > Regions > Rio Ville et Région > Tourisme Rio

Retour

Rio de Janeiro, cidade maravilhosa

Rio... Rio, qui n’en a pas rêvé ?

"Dieu est l’artiste. Et Rio, son chef-d’œuvre", ont coutume de dire les Brésiliens.
Le premier coup de pinceau a été bleu : la mer. L’encre verte a jailli sur la toile pour se transformer en forêt. Ensuite, sont venues les montagnes et l’eau qui coulait par-dessus ...

Rio, surnommée la cidade maravilhosa (la ville merveilleuse) doit à son incroyable splendeur cette réputation non usurpée.

Autour de la majestueuse baie de Guanabara, que les explorateurs portugais confondirent avec l’embouchure d’un fleuve (d’où le nom de la ville, littéralement fleuve de janvier), la ville s’est développée partout où c’est possible, dans une proximité étonnante avec la nature, omniprésente.

En son cœur s’étale la Floresta da Tijuca, plus grande forêt urbaine du monde. Elle cerne de toutes parts le Corcovado, qui, perché à 700 mètres d’altitude, domine et protège la ville.

Face à lui, l’autre symbole de la ville, l’imposant Pain de Sucre, gardien solitaire de l’entrée de la baie.
De cette borne commencent les plages ouvertes sur l’océan et dont les noms nous sont déjà familiers : Copacabana, Ipanema, Leblon, Barra, … lieux de rencontres du peuple Carioca, et véritables temples dédiés au culte du corps.

Rio, la plus belle ville du monde ?

Moins souvent cité sur la carte postale, le centre ville est un quartier disparate, où les immeubles d’affaire modernes côtoient les vestiges architecturaux du temps où Rio entretenait des rêves de grandeur et se comparait aux capitales européennes.

On s’y balade sans trop savoir quelle identité s’impose, passant d’une avenue monumentale à une ruelle peuplée d’échoppes d’artisans.

"La beauté de cette ville et de ses entourages est inexprimable. Ni la parole, ni la photographie ne peuvent la rendre parce qu’elle est trop multiple, trop variée, trop inépuisable.
Un peintre qui voudrait rendre toutes les couleurs et les aspects, et les mille scènes de Rio, dans leur totalité, n’aurait pas assez d’une vie.
Car ici la nature dans un élan de prodigalité unique, a réuni dans un petit espace tous les éléments de beauté qu’ailleurs elle distribue parcimonieusement sur des pays entiers" - Stefan Zweig.

vidéo : Rio dans tous ses états

 

Corcovado

Située au sommet du Corcovado (ou "bossu"), à plus de 700 mètres d’altitude, la statue du Christ rédempteur est sans aucun doute l’un des monuments les plus admirés du monde. Une promenade qui commence dans le quartier de Cosme Velho, à bord d’un petit train (ou par la route) qui, avant d’arriver au sommet, parcourt des décors insolites, mêlant odeurs tropicales et vues imprenables sur la "cidade maravilhosa". Au sommet, bien sûr, la vue est stupéfiante, mais pourquoi en dire plus ? Vous y passerez de toute façon ...

vidéo : Corcovado 360°

 

Le Pain de Sucre

Par son imposante hauteur (400 m alt.) et ses contours particuliers, le Pain de Sucre est, tout comme le Corcovado, un site touristique incontournable qui offre l’une des plus belles vues sur Rio. Il est l’un des symboles de Rio. On y accède en deux temps grâce à un téléphérique, avec un arrêt à Morro Da Urca. Depuis le Pain de Sucre, on peut apprécier la vue des diverses plages de Rio et de Niteroi, ainsi qu’une partie de la végétation atlantique très dense et quelques édifices historiques tels que le fort de Santa Cruz et l’île Fiscale.

Option randonneurs : montée du Pain de Sucre par un sentier très peu fréquenté (2h30 de marche jusqu’au sommet).

 

Crique de Botafogo

Le chemin qui longe la plage de Botafogo, en face de la crique du même nom offre l’une des vues les plus appréciées par les cariocas, sur les contours des collines de Urca et du Pain de Sucre, situées à l’entrée de la Baie de Guanabara.

 

Copacabana

Il est impensable pour celui qui est de passage à Rio de résister à l’appel de ses 80 km de plage. Copacabana et son Avenida Atlantica pavée d’une mosaïque noire et blanche en forme de vagues est la plus célèbre. Fréquentée de jour comme de nuit, la plage de Copacabana, lieu du repos dominical des Cariocas, vit d’une activité incessante. Le Copacabana Palace, classé patrimoine historique de la ville et l’un des hôtels les plus connus du monde, borde l’Avenue. C’est un exemple fidèle de l’influence culturelle européenne au XXème siècle.

Copacabana ... en Bolivie ?

 

Ipanema

Probablement encore plus irrésistible que la muse inspiratrice de la célèbre chanson "a garrota de Ipanema" qui l’a immortalisée, Ipanema est le lieu de rencontre à la mode de Rio. Sophistiqué, avec une intense vie nocturne, le quartier est un mélange réussi de plage, de cafés et de boutiques. La plage est une attraction permanente. Les gens se promènent, y font du sport, se rencontrent. L’âme du Carioca s’y trouve et on se sent immédiatement envahi ...

Ipanema, berceau de la bossa nova

 

Le Jardin Botanique

Chacun des 141 hectares du Jardin Botanique héberge des spécimens de la flore brésilienne et mondiale. Palmiers Impériaux, vitorias regia, orchidées, broméliacées, flamboyants ou plantes carnivores, une végétation tropicale exubérante.

 

Forêt de Tijuca

La plus grande forêt urbaine du monde regroupe des centaines d’espèces de la faune et de la flore que l’on ne trouve que dans la Mata Atlantica et dont plusieurs sont en voie de disparition. Située dans le cœur de la ville, à quelques minutes de la plupart des quartiers de Rio, elle offre de belles possibilités de randonnées.
On peut aussi s’y promener en voiture, pour visiter la castatinha (petite cascade), la chapelle Mayrink, le Mirador Excelsior, le Baracão, la grotte Paulo et Virginia, le lac des fées, l’étang des solitudes …

 

Tramway de Santa Teresa

Les arcs de Lapa sont entrés dans l’histoire de la ville comme l’œuvre la plus monumentale entreprise à Rio à l’époque coloniale. Ancien aqueduc, les arcs servent aujourd’hui de viaduc pour un charmant tramway qui relie Lapa au quartier bucolique de Santa Teresa, construit sur les hauteurs de la ville et refuge des artistes contemporains. Ce quartier bohème, adossé aux collines de la forêt de Tijuca regorge d’édifices insolites, de maisons coloniales de style victorien et de petits restaurants où il fait bon s’attarder.
Ce quartier aux ruelles pavées et tortueuses, avec ses vues spectaculaires sur la baie est certainement l’un des plus pittoresques de Rio. Et l’excursion à bord du tramway n’est pas loin d’être notre excursion préférée.

 

Le Centre Historique

• Près de la Bibliothèque Municipale, du musée national des beaux-arts et du palais Pedro Ernesto, le théâtre municipal attire l’attention non seulement par sa conception architecturale, mais encore par son imposante façade et par la beauté de son intérieur. Les matériaux nobles utilisés dans sa construction, tels que le marbre de Carrare, avec ses veines colorées, les bronzes et les onyx, les miroirs, les meubles, associés à des peintures et des sculptures remarquables font de ce théâtre un temple de la culture.
• La Confeitaria Colombo est le portrait vivant de la belle époque carioca, et la référence gastronomique de la ville. Ses fameux miroirs belges, ses vitrines en bois de jacaranda, ses balcons en marbre italien, ses luminaires sont demeurés intacts et ont contribué à écrire l’histoire du pays.
• Le musée d’Art Moderne se trouve au milieu des jardins du Aterro (remblai), près de la baie de Guanabara. En 1978, un incendie a dévasté le musée ; la solidarité de centaines de personnes du monde entier a contribué à la récupération de sa collection. Environ 1700 œuvres y sont présentées, peintures, sculptures, gravures…
• Voir aussi la plus belle église de Rio de Janeiro, l’église de Notre-Dame de Candelaria, le Musée International d’art Naïf, la place Quinze de Novembro, le musée historique national, etc…

le malandro, figure carioca

 

Maracanã

Inauguré en juillet 1950, le plus grand stade de football du monde a su garder le charme qui l’a transformé en carte postale et en point touristique de premier plan. Décor de quelques moments mémorables tels le dernier match de Pelé, les méga spectacles de Frank Sinatra ou de Paul Mc Cartney, le stade impressionne par son gigantisme, bien conforme au pays.

 

La Baie de Guanabara

La première expédition navale portugaise entra dans la baie de Guanabara le 1er janvier 1502. Parce que les navigateurs croyaient avoir affaire à une rivière et qu’on était au mois de janvier, l’endroit fut baptisé Rio de Janeiro, le fleuve de janvier. Quant au nom Guanabara, il vient de la langue indigène tupi, et signifie "sein de la mer".

 

Les Favelas (excursion d’une demi-journée)

Pour une approche exhaustive de Rio, une visite guidée des favelas, quartiers résultant de l’expansion chaotique qu’a connue Rio au XXe siècle, s’impose.
Pas de voyeurisme, nous sommes bienvenus dans les favelas dont les habitants sont soucieux de démontrer que leurs quartiers ne se réduisent pas aux quelques lieux communs (trafic, insécurité) qui en donnent une représentation tronquée.
Ici on vit, on travaille, on va à l’école et on se divertit, comme partout ailleurs.
La caractéristique la plus extraordinaire des favelas est leur proximité avec des quartiers d’une outrancière richesse. En attendant un avenir plus radieux, du haut de leur colline, les habitants de Rocinha ont vue sur les hôtels 5 étoiles et les plages de Rio …